Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ALBERTSABLOG

ici trouvez tout et rien parfois pas toujours mis a jour!

TOUJOURS PLUS HAUT

Publié le 10 Décembre 2005 par albertsapin in INSOLITE

 Les gratte-ciel poussent comme des champignons un peu partout dans le monde. La plupart sont érigés en Asie (35,4 pour cent du total), 27,6 pour cent en Amérique du Nord, 18,7 pour cent en Europe, et 14,1 pour cent en Amérique du Sud. C’est ce qui se dégage des chiffres d’Emporis, entreprise qui fait commerce d’informations relatives au marché des gratte-ciel. Selon la définition retenue par Emporis, un gratte-ciel est un bâtiment haut de 35 mètres au moins, et comptant 12 étages ou plus. Les tours de télévision, les mâts et structures simi¬laires ne sont pas pris en considération.

La ville de Hongkong peut se prévaloir de 7 474 gratte-ciel ; New York pour sa part en compte 5 468, Singapour 3 523, São Paulo 3 063 et Seoul 2 839. La Belgique n’est pas vraiment un pays d’immeubles-tours : Bruxelles s’en tient pour l’heure à 136 et Anvers à 59. La tour Taipei 101, dans la ville de Tapei (Taiwan), est actuellement le gratte-ciel le plus haut du monde ; avec ses 509 mètres, il dépasse d’un bon 50 mètres les tours jumelles Petronas, sises en Malaisie, hautes toutes deux de 452 m. Suivent, à la quatrième et cinquième place, respectivement la Sears Tower de Chicago (442 m) et la tour Jin Mao de Changhai (421 m).
Tout indique cependant que le classement cessera bientôt d’être dominé par la tour Taipei 101, la Chine et les États-Unis travaillant en ce moment à ériger des édifices plus élevés encore. Mais c’est la Burj Dubai Tower à Dubai (Émirats arabes unis) qui est appelée à deve¬nir, et de loin, le bâtiment le plus haut. Burj Dubai comptera 160 étages et sera haute de 700 mètres au moins. Il est possible même qu’elle atteigne les 800 ou 900 mètres. En effet, les concepteurs ont fait en sorte qu’en cas de besoin, le bâtiment puisse encore être rehaussé. L’édifice sera achevé en 2008.

source: 6 minutes newsletter

Commenter cet article